Frelons asiatiques

Le frelon asiatique, Vespa velutina, est une espèce invasive présente dans le Finistère depuis 2011. Sa présence engendre des risques sanitaires : notamment par multiples piqûres pouvant provoquer des réactions allergiques et des risques sur la biodiversité : le régime alimentaire du frelon asiatique étant essentiellement composé d’abeilles.

Le frelon asiatique se différencie facilement du frelon européen par la couleur de sa tête, ses pattes et les rayures de son abdomen. Il est plus petit que le frelon européen, d’apparence sombre avec l’extrémité des pattes jaunes.

frelons

Le frelon asiatique construit des nids de forme ovoïde qui peuvent être de taille spectaculaire (jusqu’à 80 cm de diamètre) et qui ont la particularité d’être très populeux (jusqu’à 2000 individus à l’automne). Les nids définitifs sont généralement localisés en hauteur, dans les arbres ou les charpentes mais on peut en trouver plus bas (haies, ronciers, abris de jardin, auvent, appentis…).

Pour les déranger, il suffit :

  • de fortes vibrations : branches remuées, marche sur toiture, ouverture de porte bruyante,
  • d’un bruit important : tondeuse, mobylette, taille haie thermique,
  • de passage trop proche.

Une fois dérangée, si la colonie de frelon se sent menacée, elle attaque !

En cas de piqûres multiples, il est fortement conseillé de consulter un médecin ou pharmacien très rapidement et accompagné de préférence.

 

Au printemps, agir contre le frelon asiatique

Dès les premières douceurs de printemps, les femelles fondatrices sortent d’hibernation, se refont une santé en se nourrissant de sucres énergisants et démarrent un nouveau cycle infernal. Chacune sera seule pour fonder une nouvelle colonie : construire le nid, pondre (un œuf chaque jour), se nourrir et nourrir ses larves jusqu’à ce qu’elles deviennent nymphes, puis adultes ouvrières, 45 jours après la ponte de l’œuf (courant mai).

De mars à mai, les reines fondatrices sont seules à assumer la survie de leur colonie, c’est la période idéale pour les piéger. Concentrées sur la nourriture et la fabrication de leur nid, elles ne sont pas agressives et sont faciles à capturer.

Si vous souhaitez participer à la régulation de ces insectes invasifs, vous pouvez installer des pièges dans votre jardin. Suivez les conseils pratiques ci-dessous :

Afin d’éviter de détruire d’autres insectes pollinisateurs, il est recommandé de ne piéger qu’au printemps (mars, avril, mai) et en automne (septembre, octobre).

Deux types de pièges sont efficaces et sélectifs, c’est-à-dire qu’ils ne détruisent pas les autres insectes. Même le frelon européen est une espèce importante à préserver : se nourrissant surtout de mouches, il joue un rôle de régulateur écologique et n’est pas agressif.

PIÈGE « BOUTEILLE » :

Appâtez avec 1/3 de bière brune, 1/3 de sirop de fruits rouges et 1/3 de vin blanc. Il est important de le fabriquer dans les règles de l’art afin qu’il soit véritablement sélectif. Pour cela, le piège doit comporter des pistes d’envol et des ouvertures permettant aux petits insectes de sortir, le mélange étant imprégné dans une éponge afin d’éviter la noyade de ces derniers.

Plus d’information sur la fabrication de ce piège : www.wedemain.fr/Frelon-asiatique-fabriquez-votre-piege-et-sauvez-les-abeilles-_a850.html

BAC DE CAPTURE :

Le principe consiste à laisser les reines fondatrices venir se nourrir dans un bac rempli d’appât et de les capturer grâce à un bocal. Les appâts seront des substances sucrées solides mises en morceaux (figues, dates, abricots au sirop, banane écrasée, raisins…), des rayons de cire d’abeille et du miel issu de ruches saines, des morceaux de poisson, un bol avec un mélange bière, vin blanc, sirop ou confiture. Prévoir des supports type branches ou petits cailloux pour éviter que les autres insectes ne se collent dans le sucre.

Les reines fondatrices de frelons asiatiques vont faire des allers et retours entre le nid et votre bac, vous pourrez les capturer à un moment ou à un autre. Elles ne sont pas agressives et ne s’occupent que de se nourrir, donc faciles à attraper. Une fois dans le bocal, un passage au congélateur les achèvera.

Pour en savoir plus sur ce bac de capture : www.anti-frelon-asiatique.com/piegeage-2/la-chasse-au-bocal/

 

Sources :